Accueil

Viedourle magazine mai/juin 2018
Viedourle magazine #63 mai/juin 2018

Feuilleter le magazine

Édito n°63 – Mai/Juin 2018

Je n’ai pas d’amis… !!!

Qui voudrait aujourd’hui s’élever contre le mouvement de protection de la nature, contre toutes ces initiatives visant à atténuer, autant que faire se peut, les conséquences du réchauffement climatique ? Il faudrait être irresponsable ou alors complètement englué dans un océan de certitudes, passéiste et suranné…

Pourtant il est un autre combat, tout aussi important pour notre avenir, mais qui finalement semble n’émouvoir personne, ou en tout cas, pas grand monde. Il s’agit de cette pieuvre numérique planétaire, de cette circulation mondialisée de l’information, incarnée par les acteurs du GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) qui petit à petit ronge et dévaste jusqu’à notre univers le plus intime.

Nous fonctionnons aujourd’hui, pour la plupart, comme des moustiques autour d’une lampe un soir d’été, acceptant de nous brûler les ailes, pour le simple plaisir hédoniste, d’y être vu, aperçu, reconnu…

Certaines soirées me donnent l’impression, que si ce n’est pas pris en photo, et immédiatement posté, ce n’est pas vécu. Des discussions entre amis font clairement la séparation entre ceux qui en sont, Facebook par exemple, et ceux qui n’en sont pas. Un simple fossé au départ, comme il y a plus de 30 ans et les discours, souvent moqués, des premiers écolos. En espérant que cela ne devienne pas un abîme insondable, ou chacun aura perdu sa part d’humanité.

Je noircis le tableau ?

Songez par exemple que ce même Facebook débloque parallèlement 3 millions de dollars pour aider la presse locale à recruter de nouveaux abonnés sur les réseaux sociaux. Ça aussi, c’est intéressant, parce que Facebook, c’est ce qui tue vos journaux régionaux. A Sommières, à Villevieille ou à Quissac, l’amicale des boulistes annonce ses tournois sur Facebook, l’école primaire y poste directement les photos de la kermesse… Plus besoin d’acheter la presse du coin.

Il n’empêche, Facebook vole au secours de 13 titres régionaux, commençant là-aussi par les Etats-Unis où la presse locale s’est considérablement affaiblie, jusqu’à parfois disparaître. Or, cela a des conséquences directes sur la vie politique. Je vous renvoie à la thèse de l’économiste Julia Cagé sur le terrain américain. Partout où les journaux régionaux se sont éteints, le taux de participation aux élections locales a chuté. Moins on lit la presse de chez soi, moins on s’implique dans les enjeux autour de soi, moins on vote. C’est mécanique. L’information locale s’avère un enjeu démocratique majeur ! Mais, qui s’en soucie ???

Plus grave encore, sur nos smartphones, ce sont des robots qui vont nous proposer de l’information, en fonction de nos goûts, de nos tendances, de nos croyances. Ainsi bientôt nous n’aurons plus à notre disposition que des messages qui vont dans notre sens, qui nous conforterons dans notre schéma de pensée. Fini la controverse, les argumentations pour le pour et le contre; je serai forcément d’accord, puisqu’un algorithme l’aura calculé pour moi… Franchement, en ce qui me concerne, ça ne fait pas du tout envie…

Plus prosaïquement, à Viedourle Magazine, nous continuons dans la vraie vie, avec de vrais gens et des histoires vraies parce qu’elles sont vécues, imaginées, puis déclinées. C’est le cas par exemple de ces 3 amis qui ont décidé de créer leur « guinguette maritime », véritable oasis plantée sur la plage de l’Espiguette, l’Oyat éco plage vous étonnera par sa déco tout en bois flotté et son atmosphère de bout du monde… Une autre histoire d’homme comme on les aime, celle de Victor Beau, du domaine Inebriati à Corconne. Un choix de vie, en accord avec l’univers végétal, pour produire des vins authentiques, frais et vivants !

Je vous laisse découvrir, au gré de nouveau numéro, toutes ces histoires qui font le sel de notre vie, la vraie, pas celle de l’autre côté des écrans….

Très belles lectures à vous !

 

 

Vincent Coulon