Accueil

Feuilleter le magazine

Édito n°57 – mai/juin 2017

Réinventer un avenir

Chaque année c’est la même chose : une profonde indécision marque les premiers instants du printemps. Comme si la nature hésitait encore pour basculer dans une nouvelle ère. Certes, il faut quitter les frimas et les journées courtes pour accueillir les premières chaleurs et la lumière grandissante. Mais c’est aussi renoncer au rythme ralenti de l’hiver, au repos de la végétation pour se tourner vers la frénésie des floraisons en tous genres et autres coups de chaleur. Cette année, le mois d’avril joue avec notre thermomètre comme avec un yo-yo. Les extrêmes se succèdent, bouleversant nos projets d’extérieurs d’un simple revers de température.

Notre humeur semble alors partager la courbe des degrés. Des moments d’euphorie, d’optimisme, bien vite anéantis par la grisaille et la mélancolie. Il y aurait alors tout lieu de se décourager, de ne plus croire en rien, pour finir en « aquoiboniste » si cher à Gainsbourg…

Pourtant, nous sommes à nouveau partis à la recherche de ceux qui ne se découragent pas ; à la rencontre de celles et ceux qui choisissent d’avancer plutôt que de s’arrêter. Même si Camus affirmait que la société politique contemporaine était une machine à désespérer les hommes, et se dire qu’en ces temps particuliers, il avait complètement raison. À Vi[e]dourle Magazine nous faisons le choix de ces hommes et de ces femmes qui assument, le plus souvent discrètement, leur énergie positive, leur volonté d’entreprendre, leur dynamisme communicant.

Frédéric Martin, du domaine de Vallat d’Ezort, est de cette trempe. Face aux multiples tracasseries, il a persévéré dans  son projet et sa nouvelle installation est à l’image de son aventure, respectueuse de l’environnement, proche de la nature, pour nous proposer ses vins de caractère, ses vins insoumis… Catherine Nespoulos,  enseignante à l’école de musique intercommunale de Sommières, organise pour la 2ème année le Festival d’un soir, évènement musical du début de l’été, pour mettre la Voix à l’honneur, alors que les nôtres sont fébrilement convoitées… Jean-Paul Lauze et l’association des Carrières du Bon Temps à Junas, nous proposent de redécouvrir Luther, un homme dont l’étonnante vision a fixé il y a déjà 500 ans la modernité d’une Europe que certains aujourd’hui vouent aux gémonies. Avec lui et par son message intemporel il nous est proposé de choisir l’accueil plutôt que l’exclusion, le partage plutôt que le profit, l’amour plutôt que la haine…

Alors merci de prendre ce nouveau numéro comme une autre façon de penser notre vie, pour tenter de vous faire partager que notre société contemporaine peut et doit être une formidable machine à relier les Hommes !

Très bonne lecture à toutes et à tous

Vincent Coulon