Accueil

Viedourle mag', vivre dans la Vallée du Vidourle, édito Vincent Coulon, Domaine de Costes Moure, agendas, cinéma le Venise, camping Domaine de Gajan, Marina Byk, Radio Sommières, horoscope Isabelle Teissier du Cros
Viedourle mag’ # mai/juin 22

Viedourle mag’ #81 mars/avril 2022

Printemps 2022, quelque part, sur la Terre : Excès de zèle

La radio du matin égrène les nouvelles dans un chapelet de catastrophes à la gravité décroissante. Guerre en Ukraine, massacres de civils, exactions de militaires ; rapport du GIEC, plus que 3 ans (…) ; crise sanitaire, non, non la COVID n’est pas morte… J’en passe et des meilleures. Premier réflexe, continuer à s’enfermer dans cette noirceur au risque alors de griser toute la journée, et celles qui vont suivre. J’aurais pu aussi commencer par éteindre la radio ! Mais, à quoi bon… Dans un sursaut d’optimisme, il faut alors chercher les petites parcelles de bonheur, qui, malgré tout, rendrons notre quotidien, à minima acceptable, au mieux largement vivable. OK, je veux bien prendre ma part de responsabilités dans tous ces dossiers, mais une fois cet acte de contrition déposé, quelles directions choisir pour ouvrir grand les fenêtres de nos vies ?

Comme souvent, c’est la musique, les chansons qui vont donner un autre sens à ce que nous vivons. Ce matin, c’est Excès de zèle de Jacques Higelin. Ce drôle de fou chantant a le don de me remettre l’humeur d’aplomb. « L’odeur du café noir du pain grillé réveille au fond de ma mémoire, l’image d’un bonheur léger, léger. Ventre affamé je bondis comme un fou plonger mes crocs dans les tartines et dans le cou, de la voisine affolée… » Ma voisine ne craint rien, mais les tartines n’en mènent pas large. C’est pourtant vrai que de simples moments, ou des moments simples, peuvent être le meilleur des remèdes à la morosité ambiante. Point n’est besoin de toujours courir après de multiples chimères, quotidiennes, axées sur le consumérisme, ou la frénésie de « l’avoir »…

Vous me rétorquerez, avec raison, que c’est plus facile à dire qu’à faire ; qu’il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir ; que ce n’est pas donné à tout le monde, etc., etc. Oui, je sais, vous avez parfaitement raison, mais je crois également qu’on peut avoir parfaitement le besoin, le droit, et les capacités à trouver des parcelles de bonheur, dans notre vie, nos relations, nos amis, notre travail, enfin tout ce qui fait notre Place sur la Terre.

Ces morceaux de bonheur, ces moments de quiétude, au milieu de la tourmente, nous les avons dénichés, auprès des sages du quotidien, des artisans du bonheur de proximité, des constructeurs d’espoir et de projets. Sonia Bossard, à la direction du camping du Domaine de Gajan, à Boisseron, est une femme forte qui a choisi de prendre la vie à bras le corps, épaulée par ses deux enfants, pleinement engagée dans une démarche qui prouve que tourisme et commerce peuvent parfaitement aller de pair avec des rapports humains chaleureux, cordiaux et conviviaux. Marina Byk, toute en simplicité, artiste à la pointe Bic magistrale, nous emmène dans son univers graphique, pour simplement, en toute quiétude, nous faire voyager à la vitesse d’une bille… Romain Tissier et Eudes Gerardin, du domaine de Coste Moure, mettent leurs compétences en commun pour faire vivre leurs vignes, révéler leur terroir au travers de leurs vins aux expressions originales et gourmandes, et, … complètement « nature » !

Nous avons, à nouveau, pris grand plaisir à vous proposer ce numéro. Souhaitons qu’il en soit de même pour votre lecture…

À très vite !

Vincent Coulon

Voir la page