Aller au contenu

Accueil

Couverture lien vers Viedourle magazine 85 - Novembre/décembre 2022
Viedourle #85 nov/décembre 2022

Viedourle mag’ #85 nov/décembre 2022

Démocratie, sobriété… Incompatibilité ?

Sur les murs colorés de Gamla Stan à Stockholm, sur le sable du Colisée à Rome, sur les rives du Danube, au fronton du Parlement de Budapest, dans les ruines du Ghetto de Varsovie, accroché aux grilles du palais de Schönbrunn à Vienne, tout autour de la place Rouge à Moscou, dans les traces des chars de la place Tien An Men à Pékin,

J’écris ton nom, démocratie !

Sur le cockpit des jet privés, sur le sable tâché de sang du Qatar, sur les calandres des voitures de luxe et des 4×4 dévoreurs d’énergie, sur les stades chauffés et éclairés même en plein jour, sur les greens arrosés malgré la sécheresse, dans la course à un espace réservé aux plus fortunés, au milieu d’un archipel artificiel à Dubaï, sur le cadran de ma climatisation poussée au maximum, dans mes déplacements inutiles en avion, dans la frénésie compulsive de mes achats Internet, au fond de mon sac de courses remplis de choses inutiles,

J’écris ton nom, sobriété !

Si je ne peux m’empêcher de copier Paul Eluard, c’est que depuis quelques temps, une nausée semble envahir notre vieille Europe, semblable à celle qui, sournoisement, s’étend sur le monde. Il est même curieux de constater que plus on s’enfonce dans la crise climatique, plus nous devons subir les effets du réchauffement, plus la démocratie s’efface devant les régimes autoritaires ou attentatoires à nos libertés fondamentales. Les températures augmentent ; la liberté s’efface. Est-ce un tropisme inéluctable ou sommes-nous encore à même d’inverser la tendance ? Non contents de laisser aux nouvelles générations une planète à l’état de décharge, nous irions leur confier un monde dictatorial, soumis aux caprices et folies de quelques-uns, pour en oublier les valeurs cardinales de liberté, d’égalité et de fraternité…

Pour ceux qui s’en souviennent, il y près de 50 ans, nous chassions le gaspi quand nous n’avions pas de pétrole, mais des idées… Éternel recommencement ou autisme de notre société ? Nous aurions dû, depuis longtemps, nous débarrasser de cet hydrocarbure fossile. Pour citer Gaël Giraud, prêtre jésuite et économiste, parce que nous sommes dans cette situation aberrante de dépendre du pétrole et du gaz russe, chaque fois que nous en achetons, prenons conscience de financer la guerre en Ukraine. Par ailleurs nous avons une inflation démesurée aujourd’hui, liée au goulet d’étranglement sur l’énergie et les matières premières, n’en déplaise à la Banque centrale européenne. L’état doit reprendre la main sur ce qui doit être un bien commun, l’énergie, en mettant par exemple un plafond sur le prix de l’énergie, comme s’apprête à la faire l’union européenne, avec un contrôle des prix.

Si nous sommes d’accord, comment faire, à notre niveau, pour accompagner ce qui doit être une reprise en main de ces biens communs. C’est une des raisons de notre rencontre avec l’association Les Survoltés à Aubais, qui visent à produire des énergies renouvelables, à porter localement des projets d’intérêt collectif et sans but lucratif et à tout mettre en œuvre pour rendre possible des économies d’énergies car le kWh le moins cher c’est celui que l’on ne consomme pas. Les Survoltés, avec leur inépuisable source d’énergie collective, participative et innovante, sont un acteur incontournable dans ce qui devrait être notre objectif à tous : composer un monde en commun.

Pour Alexandre Thouroude, vigneron du Clos des Ors, la nature le ramène chaque jour à sa propre vérité. Il doit être en adaptation permanente, afin de retrouver le bon sens des anciens, en s’appuyant sur l’observation et les expérimentations, ce qui fait le cœur de son travail en biodynamie. Et pour prolonger la ritournelle gravée sur ses bouchons, s’il en faut peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire…

La rencontre avec annita b. ceramic fait partie de ces moments lumineux qu’il nous est donné de vivre au gré de nos reportages. Convergence de trajectoires, accumulation d’expériences, volonté et détermination, travail dans la sobriété des lignes et la pureté des formes, voilà bien quelques éléments d’une vie fort bien remplie que nous partage cette potière céramiste.

Belle lecture, belle fin d’année à toutes et tous

Vincent COULON

Voir la page